menu
Blog
Insight

La SEC va-t-elle affaiblir sa règle tant attendue sur la divulgation des informations relatives au climat ?

Auteur
Marie-Anne VincentVP Strategy & Regulatory
Catégorie
Insight
Sujets
RégulationsFinanceChaîne de valeur
Publié
21 February 2023

La SEC envisage d'assouplir sa règle sur les risques liés à la divulgation d'informations sur le climat. Marie-Anne Vincent, notre vice-présidente chargée de la finance climatique, explique les éléments qui ont été repoussés et ce qui va probablement se passer ensuite.

En mars 2022, laCommission des valeurs mobilières et des changes des États-Unis (SEC) a publié son projet de règles de divulgation sur le climat, qui obligerait les entreprises américaines à fournir des informations sur les risques climatiques et sur les stratégies de gestion de ces risques, ainsi que sur les émissions de carbone résultant de leur empreinte climatique opérationnelle et, dans certains cas, sur les émissions émanant de leurs chaînes de valeur (le fameux champ d'application 3). Pour plus de détails, consultez notrerésumé pratique.

Mais après avoir reçu près de 15 000 commentaires d'entreprises et d'investisseurs sur cette proposition, la SEC envisage maintenant d'assouplir la règle controversée de divulgation des risques climatiques.

Quels sont les éléments qui sont repoussés ?

L'exigence du 1

L'un des éléments de la proposition qui a suscité des critiques est la règle selon laquelle les coûts liés au climat doivent être déclarés s'ils représentent au moins 1 % de chaque poste des états financiers de l'entreprise. Les postes reflètent les revenus et les dépenses, tels que le chiffre d'affaires et le coût des marchandises. Cette exigence a été considérée comme une étape importante dans l'amélioration de la transparence et de la responsabilité des entreprises en matière d'information sur les risques climatiques. Elle devrait également aider les investisseurs et les autres parties prenantes à prendre des décisions plus éclairées concernant leurs investissements.

La divulgation des émissions de la chaîne de valeur

Un autre élément qui a été repoussé est l'obligation de rendre compte des émissions dans les chaînes de valeur des entreprises. Il s'agissait d'unétape importante pour améliorer l'information des entreprises sur les risques climatiques. Selon leles données du CDPEn moyenne, les émissions de la chaîne d'approvisionnement d'une entreprise sont 11,4 fois plus élevées que celles de ses propres activités.

Quelles seront les conséquences pratiques d'un affaiblissement de la règle ?

Ce n'est évidemment pas une bonne nouvelle venant des États-Unis dans un contexte de convergence internationale en matière de divulgation d'informations sur le climat.

  • Pour prendre des décisions d'investissement éclairées, les investisseurs devront avoir un accès complet aux risques et opportunités climatiques liés aux entreprises qu'ils détiennent.

  • L'exclusion des émissions du champ d'application 3 dans la décision finale désavantagera les entreprises américaines par rapport à leurs homologues mondiales qui effectuent et communiquent des analyses climatiques complètes.

  • Outre les discussions de l'ISSB et de l'EFRAG, nous devons converger vers un langage commun pour les rapports sur le climat, afin de permettre la comparabilité et une évaluation efficace des risques climatiques.

Les règles seront contestées devant les tribunaux. Certaines des allégations portent sur l'idée que la SEC a outrepassé son autorité, qu'elle n'a pas suivi les procédures correctes et qu'elle n'a pas effectué d'analyse économique appropriée.

Quelle est la prochaine étape ?

La SEC devrait se prononcer sur les informations relatives au climat d'ici le mois d'avril. Nous espérons qu'il n'y aura pas trop de coupes dans la proposition initiale.

La SEC est également occupée à mettre en place de nouvelles règles sur l'ESG et l'écoblanchiment d'ici le mois d'octobre :

  • Elle prévoit de finaliser la révision des dernières règles sur les résolutions ESG et de les assouplir pour donner plus de pouvoir aux investisseurs sur les questions de gestion et de droits des actionnaires. Elle facilitera le vote en faveur des résolutions liées au climat.

  • Le mois d'octobre est également la date limite fixée par la SEC pour modifier ses règles relatives aux noms de fonds afin de s'assurer que les fonds vendus sont aussi durables qu'ils le prétendent, avec une politique d'investissement d'au moins 80 % de leurs actifs conformément au nom du fonds.

  • Comme on l'a vu au Royaume-Uni et en Europe, c'est la fin de l'écoblanchiment - la SEC exigera également des gestionnaires d'actifs qu'ils rendent compte de leur approche et de leur stratégie en matière d'ESG.

À suivre. Surveillez cet espace.

Plus d’histoires

Quel est le véritable retour sur investissement (ROI) de la décarbonation ?
Banque à zéro émission – Comment les banques peuvent-elles aborder les émissions financées ?
Acheter ou construire ? Choisir la plateforme de données ESG qui vous convient

Il est temps de Sweeper

Sweep vous aide à mettre vos critères ESG et carbone sur la bonne voie

Inscrivez-vous à Cleanup, notre newsletter mensuelle sur l’action climat des entreprises