Comprendre la portée du CSRD : Qui doit se conformer ?

Catégorie
L'essentiel sur le climat
Dernière mise à jour
02 mai 2024

Près de 50 000 entreprises relèvent du champ d'application du CSRD. Voici ce que vous devez savoir.

La Directive sur la publication d'informations relatives à la durabilité des entreprises (CSRD) représente un changement significatif pour de nombreuses entreprises, nécessitant des ajustements internes et des préparatifs externes. Et l'une des questions les plus couramment posées concerne les besoins de conformité au CSRD. La Commission européenne a révisé les seuils précédents, impactant les critères d'inclusion pour les obligations de reporting.

Portée du CSRD – Quels sont les nouveaux seuils ?

Les normes et seuils de reporting en matière de durabilité du CSRD ont été alignés sur les paramètres définis dans la Directive comptable 2013/34/UE. Le CSRD a été conçu pour étendre le champ d'application des entreprises concernées par la Directive sur la publication d'informations non financières (NFRD).

Cependant, un changement crucial s'est produit le 17 octobre 2023, lorsque la Commission européenne a approuvé une proposition visant à relever ces seuils. Cette modification a conduit à une redéfinition des entreprises micro, petites, moyennes et grandes de l'UE, entraînant l'exemption de certaines entreprises de l'obligation de reporting financier et de durabilité précédemment imposée selon les mêmes normes de reporting du CSRD.

Grandes entreprises

  • Bilan : Plus de 25 millions d'euros
  • Chiffre d'affaires net : Plus de 50 millions d'euros
  • Employés : Plus de 250

Moyennes entreprises

  • Bilan : 5 à 25 millions d'euros
  • Chiffre d'affaires net : 10 à 50 millions d'euros
  • Employés : Jusqu'à 250

Petites entreprises

  • Bilan : 450 000 à 5 millions d'euros
  • Chiffre d'affaires net : 900 000 à 10 millions d'euros
  • Employés : Jusqu'à 50

Micro-entreprises

  • Bilan : Jusqu'à 450 000 euros
  • Chiffre d'affaires net : Jusqu'à 900 000 euros
  • Employés : Jusqu'à 10

Raisons derrière les ajustements

La revue périodique des critères par la Commission européenne, mandatée tous les cinq ans, nécessitait des ajustements pour refléter les conditions économiques prévalentes. En réponse aux pressions inflationnistes observées ces dernières années, les révisions visent à empêcher les entreprises plus petites d'être involontairement soumises à des normes de reporting plus strictes conçues pour les grandes entreprises. En recalibrant les seuils, les régulateurs visent à trouver un équilibre entre la conformité réglementaire et la faisabilité opérationnelle.

Qui doit se conformer au CSRD et quand ?

La mise en œuvre progressive de la directive sur le reporting de la durabilité des entreprises s'étend de 2024 à 2029, avec des échéances variables en fonction de la taille de l'entreprise et de son statut de cotation. Environ 50 000 entreprises dans l'UE devraient être concernées. Notez que les États membres de l'UE doivent transposer le CSRD dans leur droit national d'ici le 16 juin 2024.

Phase 1 : Grandes Entreprises Soumises à la Directive sur la Publication d'Informations Non Financières (NFRD)

La première phase concerne les grandes entreprises de 500 employés ou plus déjà soumises à la NFRD. Elles doivent commencer à rendre compte conformément au CSRD en 2025 pour l'exercice 2024. Notez que les entreprises non cotées et cotées sont concernées.

Phase 2 : Inclusion de Grandes Entreprises Supplémentaires

La deuxième phase englobe les grandes entreprises répondant à au moins deux des trois exigences spécifiées ci-dessus, précédemment non soumises à la NFRD. Notez que les entreprises non cotées et cotées sont concernées. Elles doivent commencer à rendre compte en 2026 pour l'exercice 2025.

Phase 3 : Entités Négociées sur les Marchés de l'UE

Les grandes entreprises publiques de l'UE dont les actions sont négociées sur les marchés de l'UE et qui emploient plus de 500 personnes commencent à rendre compte en 2026 pour l'exercice 2025.

Phases Suivantes :

  • Conglomérats Basés dans l'UE et Entreprises Non-UE
    Les conglomérats basés dans l'UE et les sociétés non-UE cotées sur un marché réglementé de l'UE commenceront à rendre compte en 2026 pour les périodes financières débutant le 1er janvier 2025.

  • Petites et Moyennes Entreprises (PME)
    Les petites et moyennes entreprises de l'UE et les entités non-UE cotées sur les marchés réglementés de l'UE commencent à rendre compte entre 2027 et 2029, alignant leurs périodes financières sur ou après le 1er janvier 2026. Notez que le CSRD ne place pas de nouvelles exigences de reporting sur les petites entreprises, à l'exception de celles dont les titres sont cotés sur des marchés réglementés.

  • Entreprises Non-UE avec des Filiales dans l'UE
    Les entreprises non-UE ayant des filiales ou des succursales significatives dans l'UE commencent à rendre compte en 2029 pour les exercices financiers débutant le 1er janvier 2028.

Applicabilité aux Entreprises non Européennes

Les entreprises basées en dehors de l'Union européenne doivent se conformer au CSRD si elles remplissent certains critères :

  • Cotées sur un marché réglementé de l'UE avec des titres tels que des actions ou des obligations.

  • Générer des revenus annuels dans l'UE dépassant 150 millions d'euros, avec un chiffre d'affaires net annuel de branche de l'UE de 40 millions d'euros (le "Test de Chiffre d'Affaires de l'UE")

  • Générer des revenus annuels dans l'UE dépassant 150 millions d'euros et posséder une filiale de l'UE considérée comme une grande entreprise, répondant à au moins deux des critères suivants : plus de 250 employés basés dans l'UE, un bilan dépassant 20 millions d'euros ou un chiffre d'affaires local dépassant 40 millions d'euros.

    Notez que le CSRD ne s'applique pas aux titres de sociétés cotées sur des marchés de négoce multilatéraux de l'UE.

Implications pour le Reporting et la Taxonomie de l'UE

Les seuils révisés ont des implications pour le reporting en matière de durabilité et le respect de la taxonomie de l'UE. Les grandes entreprises et les sociétés de taille moyenne cotées bénéficient d'une réduction des exigences de reporting, potentiellement allégeant les charges de conformité. Cependant, les estimations précises du nombre d'entreprises qui ne sont plus soumises au CSRD restent insaisissables, mettant en lumière la nature évolutive des paysages réglementaires.

Quelles sont les exigences du CSRD ?

Divulgations générales

Les normes européennes de reporting en matière de durabilité (ESRS)

Les normes européennes de reporting en matière de durabilité (ESRS) sont des lignes directrices essentielles définies par la Commission européenne pour faciliter la conformité au CSRD dans toute l'UE. Ces normes servent de cadre aux entreprises pour divulguer des informations pertinentes sur la durabilité dans leurs rapports de gestion. En s'alignant sur les ESRS, les entreprises garantissent le respect de normes spécifiques de reporting en matière de durabilité, de formats et de méthodologies, favorisant la cohérence et la comparabilité dans les divulgations de durabilité imposées par le CSRD.

Au total, il existe 12 ESRS qui définissent les divulgations et les indicateurs couvrant divers aspects du reporting en matière de durabilité des entreprises regroupés en quatre catégories :

Transversal : Englobant des principes généraux et des divulgations applicables à différents domaines.

Environnemental : Traitant des sujets tels que les émissions de gaz à effet de serre, le changement climatique, la pollution, l'eau et les ressources marines, la biodiversité, les écosystèmes, l'efficacité énergétique, l'utilisation des ressources et les pratiques d'économie circulaire.

Social : Données qualitatives portant sur les considérations liées à la main-d'œuvre de l'entreprise, aux travailleurs dans la chaîne de valeur, aux communautés impactées et aux consommateurs ou utilisateurs.

Gouvernance : Axé sur les aspects de la conduite des affaires et des pratiques de gouvernance.

Le respect des ESRS est essentiel pour répondre aux différentes normes et obligations de reporting stipulées dans le CSRD, renforçant ainsi la transparence et la responsabilité dans les pratiques de durabilité des entreprises.

Les exigences de reporting du CSRD stipulent que toutes les informations doivent faire l'objet d'une vérification par un tiers indépendant, une exigence absente de la Directive sur la publication d'informations non financières (NFRD). Ces données vérifiées doivent être publiées dans une section dédiée du rapport de gestion de l'entreprise. Généralement, l'auditeur légal de l'entreprise est chargé de fournir cette assurance limitée, bien que certains États membres de l'UE puissent permettre à un prestataire de services d'assurance indépendant de remplir ce rôle. Notez qu'au cours des trois prochaines années, le CSRD introduira une exigence d'assurance raisonnable, qui reposera sur l'examen et la compréhension par l'auditeur des opérations, des processus et des contrôles de l'organisation.

Double matérialité

La double matérialité est essentielle pour les exigences de reporting du CSRD. Il s'agit d'un concept qui étend la compréhension traditionnelle de la matérialité dans le reporting pour englober à la fois les données financières et non financières.

Cette approche reconnaît que les questions sociales et environnementales affectent non seulement la performance financière d'une entreprise, mais ont également des implications significatives pour la société et l'environnement (appelées 'matérialité de l'impact').

En évaluant à la fois la matérialité financière des enjeux ESG et leur importance sociétale et environnementale, la double matérialité fournit un cadre complet pour évaluer et gérer les risques et les opportunités dans le reporting et la prise de décision d'entreprise. Elle souligne l'importance de considérer les impacts plus larges des activités commerciales au-delà des seules mesures financières.

Pour plus d'informations sur la réalisation d'une analyse de matérialité (qui inclut à la fois la matérialité financière et la matérialité de l'impact), consultez notre ressource dédiée.

Exigences spécifiques de divulgation

Dans le cadre du reporting en matière de durabilité, les organisations sont tenues de fournir des données complètes et des commentaires de gestion sur les informations de durabilité dans plusieurs domaines clés, notamment :

Métriques cibles et plans de transition :

Les entreprises sont tenues de divulguer les objectifs climatiques de leur entreprise, de suivre les progrès réalisés pour les atteindre et d'expliquer comment ces objectifs s'alignent avec la transition vers une économie durable et l'objectif de parvenir à des émissions nettes nulles d'ici 2050, comme le prévoient les réglementations de l'UE. Notez que ceux-ci doivent être calculés via une méthode scientifique.

Valeur et chaînes d'approvisionnement :

Les entreprises sont obligées de détailler leurs procédures de diligence raisonnable concernant l'identification et la mitigation des impacts sociaux et environnementaux au sein de leur chaîne de valeur.

Politiques de durabilité et diligence raisonnable :

Cela implique de définir des politiques spécifiques liées à différents domaines de la durabilité et d'articuler des pratiques de diligence raisonnable pour surveiller et faire respecter ces politiques. Les domaines couverts peuvent aller de la protection de l'environnement à la responsabilité sociale en passant par les mesures anticorruption.

Risques en matière de durabilité :

La documentation des risques et opportunités découlant des facteurs de durabilité tels que le changement climatique et la dépendance aux combustibles fossiles est obligatoire. Cela implique d'évaluer la résilience du modèle commercial face à ces risques et d'évaluer leurs ramifications potentielles sur les parties prenantes, les actionnaires, les opérations et la performance financière.

Reporting du CSRD

Le CSRD exige que les entreprises rendent compte annuellement de leur performance en matière de durabilité sur l'ensemble de leur chaîne de valeur, et présentent leurs rapports au format XHTML, pour une accessibilité facile par les investisseurs et autres parties prenantes via la base de données européenne d'accès unique (ESAP). Cela implique de 'tagger' les informations sur la durabilité à l'aide d'un nouveau système de catégorisation numérique, à dévoiler aux côtés des normes de reporting. Les entreprises doivent intégrer les divulgations du CSRD dans leur rapport de gestion, fusionnant les informations financières et de durabilité – les rendant ainsi facilement accessibles aux organes de gouvernance, aux investisseurs et aux autres parties prenantes.

Liens avec le CSDDD

La Directive sur la publication d'informations relatives à la durabilité des entreprises (CSRD) et la Directive sur la diligence raisonnable en matière de durabilité des entreprises (CSDDD) sont deux piliers du cadre de durabilité de l'Union européenne (UE), chacune jouant un rôle vital dans la promotion de la responsabilité des entreprises en matière de durabilité. Alors que le CSRD met l'accent sur le reporting transparent des efforts de durabilité par les entreprises de l'UE, le CSDDD se concentre sur l'application de la diligence raisonnable pour aborder les impacts environnementaux et sociaux, applicable aux entités de l'UE et non-UE. Cependant, la synergie entre ces directives est notable : le CSDDD sert de boîte à outils aux entreprises pour remplir leurs responsabilités environnementales et en matière de droits de l'homme via un plan de transition climatique, complétant les exigences du CSRD en matière de reporting complet en matière de durabilité.

Lien avec le SFDR

La Directive sur la publication d'informations relatives à la durabilité des entreprises (CSRD) et le Règlement sur la divulgation des informations en matière de durabilité (SFDR) visent ensemble à harmoniser les exigences de reporting en matière de durabilité dans toute l'Union européenne (UE). Dans ce cadre, le CSRD constitue une source vitale de données liées à la durabilité, sur laquelle les entités financières s'appuient pour remplir leurs obligations en vertu du SFDR. En incorporant les divulgations du CSRD dans leur reporting, les conseillers financiers et les participants au marché peuvent garantir la conformité aux exigences du SFDR. Ils peuvent également s'assurer que le marché des investissements verts est transparent et crédible.

Comment Sweep peut-il aider avec le CSRD ?

Répondre aux exigences de divulgation du CSRD en quelques semaines, pas en quelques mois, et atteindre vos objectifs de durabilité :

– Nos indicateurs et questionnaires prêts à l'emploi pour le CSRD développés par nos experts peuvent vous aider à rationaliser la collecte de données sur la durabilité dans l'ensemble de la chaîne de valeur de votre entreprise.

– Nous vous aidons à mener une évaluation de la double matérialité approfondie.

– Nous assurons la transparence et vous aidons à gagner un temps précieux grâce à l'automatisation et à la numérisation.

– L'outil est facile à utiliser pour vous et les entreprises de votre chaîne de valeur, avec tout le soutien et l'orientation dont vous avez besoin pour démarrer votre parcours.

Découvrez comment nous pouvons vous aider à maîtriser vos données ESG et à rester conforme au CSRD et à toute une gamme d'autres normes, y compris le Règlement sur la divulgation des informations en matière de durabilité (SFDR).

Sweep peut vous aider

Sweep est une plateforme de gestion du carbone et de l’ESG qui permet aux entreprises d’atteindre leurs objectifs de durabilité.

Grâce à notre plateforme, vous pouvez:

  • Procéder à une évaluation approfondie de votre empreinte carbone.
  • Obtenir une vue d’ensemble en temps réel de votre chaîne d’approvisionnement et veiller à ce que vos fournisseurs atteignent vos objectifs de durabilité.
  • Atteindre une conformité totale avec le CSRD et d’autres législations ESG clés en l’espace de quelques semaines.
  • Garantir la fiabilité de vos informations sur le développement durable en les faisant vérifier par un tiers avant de les rendre publiques.

Découvrez comment Sweep peut vous aider